mercredi, 11 avril 2012

" Encore une fois, où va la France ?"

Le rapport des forces.

Léon Trotsky


sauvons.jpg"Attendre", "faire durer", "gagner du temps", tels sont les mots d'ordre des réformistes, des pacifistes, des syndicalistes, des staliniens, Cette politique se nourrit de l'idée que le temps travaille pour nous. Est-ce vrai ? C'est radicalement faux ! Si, dans une situation pré-révolutionnaire, nous ne menons pas une politique révolutionnaire, alors le temps travaille contre nous.

Malgré les hymnes creux en l'honneur du front unique, le rapport des forces s'est modifié dans la dernière année au détriment du prolétariat. Pourquoi ? Marceau Pivert a donné une juste réponse à cette question dans son article : "Tout se tient" (le Populaire du 18 mars 1935). Dirigés derrière les coulisses par le capital financier, toutes les forces, et tous les détachements de la réaction mènent une politique incessante d'offensive, envahissent de nouvelles positions, les renforcent et vont de l'avant (industrie, agriculture, enseignement, presse, justice, armée). Du coté du prolétariat il n'y a que des phrases sur l'offensive; en fait il n'y a même pas de défensive. Les positions ne sont pas renforcées, mais se rendent sans combat ou se préparent à se rendre.

Le rapport politique des forces est déterminé non pas seulement par des données objectives (rôle dans la production, nombre, etc.), mais subjectives ; la conscience de sa force est le plus important élément de force réelle. Tandis que le fascisme élève de jour en jour la confiance des petits bourgeois déclassés en eux-mêmes, les groupes dirigeants du front unique affaiblissent la volonté du prolétariat. Les pacifistes, disciples de Bouddha et de Gandhi, et non de Marx et de Lénine, s'exercent a prêcher contre la violence, contre l'armement, contre la lutte physique. Les staliniens prêchent au fond la même chose, en invoquant seulement la "situation non-révolutionnaire". Entre les fascistes et les pacifistes de toute nuance s'établit une division du travail: les uns renforcent le camp de la réaction, les autres affaiblissent le camp de la révolution. Telle est la vérité non camouflée !

Où va la France ? - et  " Encore une fois, où va la france ? " fin mars 1935 - Léon Trotsky

Le diagnostic de l'I.C. est faux et funeste
Comment se forme une situation révolutionnaire ?
Les revendications immédiates et la lutte pour le Pouvoir.
La lutte contre le fascisme et la grève générale.
Socialisme et lutte armée.
Le prolétariat, les paysans, l'Armée, les femmes, les jeunes.
Pourquoi la IV° Internationale ?
Conclusion.

Articles écrits entre 1934 et 1938 sur la situation politique en France. Ces articles ont étés publiés en Français dans "Le mouvement communiste en France".

Écrire un commentaire