samedi, 07 avril 2012

L'assassinat de Luciano Romero

Le 10 septembre 2005, au nord-est de la Colombie, le syndicaliste colombien Luciano Romero fut enlevé, torturé puis assassiné de 50 coups de couteau par des paramilitaires. Le militant et défenseur des droits des travailleurs, aurait été accusé à tort par un dirigeant local de Nestlé d’appartenir à la guérilla.

C'est pour ce crime - et parceque Romero avait auparavant travaillé  pour une filiale colombienne de Nestlé - que l'European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR) et le syndicat colombien SINALTRAINAL ont déposé une plainte en Suisse contre la SA Nestlé et plusieurs de ses cadres dirigeants.

" On leur reproche d'avoir contribué, par négligence, à causer la mort de Romero par omission. En tant que dirigeants et garants de protection, ils avaient en effet le devoir d'agir pour empêcher ce crime.
Le meurtre a été commis dans le contexte d'un conflit armé, dans lequel les syndicalistes et d'autres groupes sociaux sont exposés à une persécution systématique, en particulier par des paramilitaires et des autorités d'Etat.

Au cours des années précédant son assassinat, Romero avait été, à plusieurs reprises, accusé à tort par des représentants locaux de Nestlé d'être un combattant de la guérilla. En Colombie, ce type de diffamations peut avoir l'effet d'un arrêt de mort. S'y ajoute ici le fait que la représentation locale de Nestlé était impliquée à plusieurs niveaux dans des cercles paramilitaires. Elle entretenait des rapports commerciaux avec de grands propriétaires liés aux paramilitaires.

Selon certaines informations, la filiale locale aurait également effectué des paiements à des groupes paramilitaires. La direction suisse de l'entreprise était parfaitement au courant de la situation à risque dans laquelle se trouvaient ses collaborateurs en Colombie et avait connaissance des dangers considérables qu’elle représentait pour la vie des syndicalistes concernés. Elle est restée cependant inactive, expliquant que ces questions avaient été déléguées à sa filiale colombienne. ( ECCHR  -Newsletter - PDF )

c6003_topele7d7c-d81c6.jpg

> Nestlé, c’est bon la vie ! Sauf pour les syndicalistes…  par  Grégoire Lalieu - Investig'action

> Meurtre du syndicaliste colombien Luciano Romero - Dépôt le 5 mars 2012 d’une plainte pénale contre Nestlé - ECCHR

Écrire un commentaire