lundi, 05 juillet 2010

Du Chien de l'Inquisiteur

Musée du Quinquinquennat

Bibliothèque des fables édifiantes

ch2.jpg

Le Chien de l'Inquisiteur avait coutume de s'endormir dans la salle des tortures, enveloppé dans une belle couverture  en plumes de pigeon et laine de mouton. Une couverture tricotée main par de repentantes prisonnières, et bien douillette ma foi. Oh, le confort ! Oh, la belle vie ! Oh,les doux rêves !

L'Inquisiteur qui torturait plus pour torturer plus, avait beau commander les pires supplices à l'endroit de méchants hérétiques, les coupables avaient beau hurler à la mort leur innocence dans le but mesquin d'agacer la Justice en marche, jamais le bon Chien - sa truffe humant  les pieds de son bon maître - ne s'éveillait.

Mais  si l
'Inquisiteur, tout à la contemplation et  l'audition de son ouvrage, ne prenait garde à un   moustique qui s'approchait  de lui - oh, la méchante piqûre de l'engeance ! - le bon Chien, alerté par le vulgaire vombrissement, se dressait  sur pattes et  vous croquait la bête féroce d'un coup de dent. Et, si d'aventure il recevait un coup de pied au cul  - comme ca, pour recevoir un coup de pied au cul - il s'en allait à la niche, la queue basse, mais fier au fond de lui d'avoir aidé son maître a passé ses nerfs.

N'est-il point vrai que ce qu'il y a de meilleur dans ce genre de chien, c'est l'homme ?

 

Écrire un commentaire